Eric Leger

Eric Leger

INTÉRÊT GÉNÉRAL

×

Vous souhaitez devenir blogueur?

Inscrivez-vos informations et nous vous contacteront dans le plus bref délai.

Steak, blé d’inde, patates!

Dans le monde d’aujourd’hui, la nouveauté est de plus en plus éphémère. Avec nos supers téléphones intelligents et ces applications qui nous permettent d’évoluer sans avoir à s’épiller le «chest», on dirait que tout ce qu’on

Général
16/12/2014

Dans le monde d’aujourd’hui, la nouveauté est de plus en plus éphémère. Avec nos supers téléphones intelligents et ces applications qui nous permettent d’évoluer sans avoir à s’épiller le «chest», on dirait que tout ce qu’on aime fini par être dépassé très rapidement. Malheureusement, je constate que ce phénomène semble se répandre dans pratiquement toutes les sphères de nos vies. Les relations ne durent plus parce qu’on pense qu’on peut aussi «upgradé» nos conjoints, au gym on nous propose de nouvelles façons de s’entraîner et des nouveaux cours pratiquement toutes les semaines en nous disant que l’autre méthode n’est plus la bonne et notre restaurant préféré, fini lui aussi, par fermer ses portes pour laisser sa place à un nouveau qui finira lui aussi par laisser sa place à un plus plus nouveau. Je n’ai rien contre l’évolution et le changement même que c’est un signe d’intelligence, mais est-ce que je suis le seul à penser que l’on vit dans un monde où tout semble jetable et facilement remplaçable?

On a tous des gens dans notre entourage qui semblent toujours vouloir essayer la nouvelle bébelle avant tout le monde. Vous savez de qui je parle? Les Hipsters, comme on les appelle semblent toujours prêts à délaisser ce qu’ils aiment pour aller vers la nouveauté. C’est peut-être moi qui est trop émotif mais on dirait que lorsque je m’attache à quelque chose ou que j’apprécie un groupe de musique, par exemple, j’ai comme de la misère à aller vers d’autre chose en boudant systématiquement ce qui me faisait tripper il y a deux mois. Comment est-ce qu’on peut savoir qu’il est temps qu’on arrête de dire que quelque chose est nouveau? Pour un pot de yogourt c’est facile, il suffit de regarder la date d’expiration mais pour le reste comment on fait pour déterminer où est la frontière entre le nouveau et le passé date? Est-ce que tout ce qui n’est plus nouveau ne mérite quand même pas un peu d’amour et de respect?

Pour ma part, je suis un grand passionné de cuisine et j’avoue que j’aime bien essayer de nouveaux trucs tendances et qu’il m’arrive même de faire faire la split à une carotte pour gagner des points sur la présentation. Mais pour rien au monde je ne délaisserai mon traditionnel steak, blé d’inde, patates. Un grand classique qui me rappelle une époque où je faisais des chemins avec ma fourchette dans mon pâté chinois en imaginant que dans mon assiette il y avait une ville et que j’étais responsable de créer les rues. Ce met québécois est tout ce qu’il y a de plus simple mais ce qui le rend si particulier, c’est le rituel quasi-cérémonial qui entoure la façon de se préparer à le manger. Premièrement, les vrais amateurs comme moi savent que le pâté chinois est toujours meilleur réchauffé et pour ma part, j’ai toujours un faible pour les coins dans le plat de pyrex. Donc, une fois que j’ai bien choisi mon morceau (de préférence un coin), je le pile un peu mais pas trop avant de le mettre au four micro-ondes (à cette étape, il est très important de ne pas avoir mis le ketchup parce que lui y faut qui reste froid). Après l’avoir sorti du micro-ondes, je termine le pilage final de sorte à étendre le mélange pour qu’il prenne un maximum de place dans l’assiette (c’est à moment précis que je constate si j’ai choisi la bonne grosseur de morceau pour le format de mon assiette, parce que des fois en bloc, y’a l’air petit mais quand y s’étend ça peut être trompeur, bref, il faut avoir un bon jugement). Nous voilà rendu à la finition soit l’étape du ketchup. J’avoue que là-dessus, je suis assez conservateur. La plupart du temps, j’opte pour le fameux quadrillé mais je fais bien attention pour que les lignes ne soient ni trop minces, ni trop larges. Si vous optez pour un autre motif, libre à vous car je ne vous jugerez pas.  Ça l’air de rien mais cette étape est cruciale surtout quand la bouteille de ketchup tire à sa fin pis qu’elle commence à faire des prutttt!!!Finalement, quand vient le temps de le manger, je commence par le bord et je me rends tranquillement vers le milieu. Maudit que j’aime ça les choses simples!

Non mais c’est vrai qu’un article complet sur le pâté chinois c’est pas vargeux pour ceux qui sont en quête de nouveauté. J’aurais pu vous parler des nouveaux gadgets d’Apple mais qu’est-ce que j’aurais ajouté que vous ne savez pas déjà. À part peut-être qui «sont-tu» bons avec leur pub pour nous faire croire que tous les jeunes qui ont le nez collé à leur téléphone et qui textent plus qui parlent sont en train de faire un petit vidéo «cute» des meilleurs moments de leur journée qui vont être diffusés lors de la prochaine réunion de famille et qui vont vraiment faire brailler la grand-mère. Hey, j’avoue que même moi, j’ai quasiment oublié que j’avais des valeurs quand j’ai vu la pub.

La nouveauté ça nous amuse pour le moment parce qu’on est jeune. C’est le fun le changement, pis c’est le fun de faire des updates de logiciel sur nos téléphones à toutes les 30 secondes. Des fois je me demande même si j’ai vraiment affaire à un téléphone ou si je suis en train d’élever un enfant. Imaginez qu’un jour, on va vieillir et on va peut-être manquer quelques années d’update parce qu’on va être vraiment occupé à arroser notre asphalte pour que la neige fonde plus vite. Bin rendu là, ça se peut fort bien qu’on soit même pu capable d’appeler avec nos fameux téléphones tellement on va être dépassé. Mon beau-père a 75 ans et pour lui, avoir à gérer 2 télécommandes pour la télévision, c’est tout un projet. Pourtant, c’est un homme très intelligent qui a eu une vie très active et palpitante, mais il va probablement nous quitter sans jamais avoir envoyé un texto et sans savoir ce que ça veut dire lol…que de tristesse!

Mais comme tout le monde, si je veux bien vivre dans notre époque, je dois faire mon effort pour être un peu techno. Surtout dans mon domaine le «diiiiisign». Mais pour être bien honnête, j’avoue qu’il m’arrive encore d’aller faire un dépôt au comptoir caisse parce que j’aime ça parler aux petites madames. J’avoue aussi qu’il n’y a pas si longtemps, j’ai regardé dans le bottin téléphonique pour trouver un numéro de téléphone. Maudit que j’ai été déçu quand on arrête de le faire! J’avoue aussi prendre des notes sur ce qu’on appelle une feuille de papier, oui, ça m’arrive.

Alors si vous êtes le petit nouveau ou la petite nouvelle, dites-vous bien que votre temps est compté car, au rythme où vont les choses, vous ne serez pas éternellement la sensation de l’heure.

VOIR D'AUTRES ARTICLES de Eric Leger
Voir la liste complète des blogueurs Vous souhaitez devenir blogueur?