Sébastien Lemaire

Sébastien Lemaire

Professeur de Yoga

×

Vous souhaitez devenir blogueur?

Inscrivez-vos informations et nous vous contacteront dans le plus bref délai.

REPRENDRE SON SOUFFLE

‘’Respire par le nez!’’, cette expression que nous entendons si souvent, n’y est pas pour rien. En yoga la respiration est primordiale. Ici, nous respirons par le nez.

santé
05/05/2016

‘’Respire par le nez!’’, cette expression que nous entendons si souvent, n’y est pas pour rien. En yoga la respiration est primordiale. Ici, nous respirons par le nez. Il faut se souvenir que de respirer est une des premières actions que nous faisons dès notre naissance. Vous faites en moyenne 15 cycles de respiration à la minute, 900 à l’heure, 21 600 en une journée et
7 884 000 en une année. Impressionnant! Encore plus impressionnant de savoir que, comme le battement de notre cœur, nous n’avons pas à y penser. C’est le reflexe de la vie. Mais il ne faut pas le prendre pour acquis. Le fait de ne pas être conscient de sa respiration nous emmène souvent, très souvent même, à mal respirer. Nous avons cette habitude de respirer par la bouche et dans le haut de la cage thoracique.

De cela découle une panoplie de réactions biologiques. Il ne faut pas avoir de jugements envers nous-même avec ce handicap dans notre façon de respirer. C’est une partie de l’héritage de nos ancêtres. Ici quand je parle de nos ancêtres, je ne pense pas à nos arrières grands-parents, qui devaient surement en respirer tout un coup pour survivre, soit en labourant leurs champs, en défrichant les terres, en plus de nourrir la marmaille qui ne faisait que se multiplier. C’était des grands bucheurs dans la vie, des vrais Pronovost! Il faut reculer un peu plus loin dans le temps pour reconnaitre les ancêtres dont je vous parle. Ce sont nos frangins Homo sapiens. Grâce à eux, nous sommes ici sur terre car ils nous ont légué leur instinct de survie: La réaction de lutte ou de fuite.

Si vous vous promenez sur l’avenue St-Charles à Vaudreuil-Dorion, il n’y aucune chance pour vous de rencontrer Diego le smilodon ou Manny le mammouth! Mais avec tous les stimuli et le stress quotidien, vous respirez parfois d’une façon préhistorique! Cette ‘’mauvaise’’ façon de respirer réveille en nous notre instinct de survie. La fuite ou la bataille. À moins d’être sur le ring de boxe ou en train de vouloir atteindre la plus haute note d’une chanson d’Adele, le simple fait d’inspirer par la bouche indique au corps qu’il faut prendre un maximum d’oxygène car il y a urgence. Le système d’alarme s’enclenche inconsciemment par la sécrétion d’hormones du stress, tels l’adrénaline et le cortisol. Une multitude de réactions est engendrées dans le corps. Les muscles se contractent, le cœur bat la chamade, la respiration devient plus rapide, les pupilles se dilatent et la sudation s’active. On commence alors à hyperventiler. Un état de malaise intense peut survenir avec l’impression de perdre la tête, d’avoir la tête légère et même la peur de perdre connaissance, d’étouffer. La peur irrationnelle de revivre cette première crise déclenche les attaques de panique, ces crises qui amènent le corps en épouvante. Vous n’êtes plus sur la ‘’main’’ de Vaudreuil-Dorion, mais dans une région qui est maintenant l’Afrique et vous faites un voyage dans le temps de 195 000 années passées. Mais encore, il n’y aucun danger. Pas de mammouths, pas de smilodons. Croyez-moi, je ne peux pas l’expliquer scientifiquement comme Einstein ou Temple Grandin, mais je connais très bien ces réactions pour avoir souffert du trouble panique pendant quelques années. Le simple fait de bien respirer, ramènera votre corps en 2016!

 

Comme Dre. Chantal Anctil nous explique:
‘’En effet, respirer par la bouche fait inspirer trop rapidement et ne laisse pas assez de temps pour expirer. C’est le CO2 qui s’accumule dans le sang. L’oxygène n’est pas en cause car il ne peut pas augmenter plus qu’à 100%.’’

 

Faites l’exercice maintenant, et voyez le calme qui apparait en vous. Prenez au moins 3 grandes respirations. Inspirez et expirez par le nez. Dirigez votre souffle dans le ventre. Fermez les yeux si c’est possible. Tentez de prolonger votre expiration, pour qu’elle soit plus longue que votre inspiration. Créé un son de vague au niveau de la gorge en contractant légèrement les cordes vocales. Ceci aura pour effet de prolonger votre expiration, qui doit être plus longue que votre inspiration. Dans le langage du yoga nous appelons cette respiration Ujjayi, la respiration victorieuse. Gardez les lèvres collées. Déjà il devrait y avoir une différence. Vous respirez maintenant comme si vous étiez à Aruba, sur la plage, sans inquiétude. L’exercice peut se poursuivre plus longuement si vous désirez. L’effet sera bien-sur plus grand, plus grandiose!

Quand nous pratiquons le yoga physique et que nous apprenons à bien respirer, l’effet est totalement sur le plancher des vaches. C’est une détente, une relaxation bien réelles qui peuvent être mesurées scientifiquement.

Alors prenez ce temps pour vous. Respirez! Respirez consciemment! Vous pourrez même vous permettre de dire que vous faites du yoga. Et si on vous demande où et comment vous pratiquez votre yoga, vous pourrez répondre ‘’Je le fais un peu partout. C’est gratuit et je ne fais que bien respirer, surtout en l’absence de mammouths!’’

VOIR D'AUTRES ARTICLES de Sébastien Lemaire
Voir la liste complète des blogueurs Vous souhaitez devenir blogueur?