Édith Courval

Édith Courval

MUSIQUE, DESIGN, SORTIES ET +

×

Vous souhaitez devenir blogueur?

Inscrivez-vos informations et nous vous contacteront dans le plus bref délai.

Osheaga 2014: le verdict d’une «vieille»

Bon j’avoue, j’ai juste 32 ans, mais quand tu passes 3 jours pendant plus de 10 heures à «courailler» des shows, tu te sens vieux !

musique
15/08/2014

Bon j’avoue, j’ai juste 32 ans, mais quand tu passes 3 jours pendant plus de 10 heures à «courailler» des shows tu te sens vieux ! Peut-être que le festival ne s’adresse plus à moi, ou que la programmation a été pensée pour des jeunes de moins de 25 ans, portant (encore !) des couronnes de fleurs dans les cheveux, des vêtements tellement pas pensés pour s’asseoir par terre (j’en ai même vu plusieurs ‘’sans bobettes’’) ou des personnes qui sont prêtes à payer 250$ pour prendre des photos plutôt que de regarder les shows !

C’est la deuxième année que je participe au festival les 3 jours (ben oui j’suis folle de musique de même!) et je dois dire que j’ai été plutôt déçue des shows cette année contrairement à l’an passé. Quand je pense à l’enfilade de shows professionnels que j’ai pu me taper l’année dernière : Phoenix, Alt-j, Beck, New order, Silversun pickups, pour ne nommer que ceux-là, je reste sur mon appétit cette année.

Mes highlights : July Talk, parce que ce sont des bêtes de scène, avec en plus des bonnes tounes. Nick Cave & The Bad Seed: crooner des temps modernes, j’achèterais pas l’album mais il m’a convaincu sérieusement sur son rôle sur scène. Band of Horses, parce que je suis une fan finie. Jack White m’a confirmé que j’aimais sa musique pour les bonnes raisons : un excellent musicien, pareil pour Sam Roberts, de quoi être fier de la musique qui se fait ici ! Et finalement, Artic Monkeys, qui donne un show à la hauteur du précédent que j’ai vu, et faut dire que le déhanchement d’Alex Turner valait le détour!

Je ne peux finir mon article sans parler d’Half Moon Run, petits chéris des spectateurs du Festival Artefact depuis qu’on a eu la chance de les voir comme s’ils étaient dans notre cour à leurs débuts. Les mauvais côtés sont les mêmes que l’an passé : pas assez de toilettes, pas assez de bars à drinks, l’espace de circulation est très restreint le samedi… en souhaitant que le 10e anniversaire permettra aux organisateurs de monter d’un cran la logistique du Festival.

Je chiale mais sérieusement, ça vaut le détour! L’atmosphère et le fait de penser à rien d’autre que le prochain show que tu veux voir ou ‘’timer’’ ton prochain burger Dic ann’s…ça vaut bien un séjour de 3 jours en camping avec de la musique à plus de 75 décibels… Un retour l’an prochain ? Peut-être bien une journée avec un line-up très convaincant !

 

Crédit photos: Pascale Ouellet & Édith Courval

 

Voir la liste complète des blogueurs Vous souhaitez devenir blogueur?